Café noir à la PPV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Café noir à la PPV

Message  Boris Koloskopy le Sam 11 Mar 2017 - 1:44

L'Inspecteur-divisionnaire avancait d'un pas léger sur la neige en ce matin de Mars. Les décorations de l'anniversaire de la Révolution pendaient encore sur les arbres et le long des lampadaires. De grands écriteaux violets prolamaient des extraits des oeuvres et des discours du camarade Violët, tandis qu'une photo géante de Violët pendait à un balcon du Palais Volker. La photo était ostensiblement retouchée et recadrée, malgré le travail expert du technicien qui avait du la retravailler, et l'on devinait les vides où avaient dû se trouver les camarades du PVV déchus au cours des multiples purges et autres coups d'Etat qui s'étaient déroulés depuis.
Le camarade Kronski était un petit homme sec, sorte de caricature des gradés de la PPV. Le col amidonné de son uniforme ne cessait de raper sur sa légère barbichette en un léger crissement qui se confondait avec celui de la neige sous ses talons. La barbe lui donnait un air sévère, se disait-il, ce qui lui convenait pour inquiéter les fonctionnaires qu'il contrôlait habituellement.

Le bâtiment des Affaires Internes n'était pas très loin du siège de la PPV, ni des bâtiments gouvernementaux d'ailleurs, et l'abondance de cafés dans le quartier lui permettait d'aller s'y ressourcer à midi avant de revenir faire le point avec son assistant. Passant par la réception, un employé des postes lui remis un colis de documents provenant du bureau de Kariagrad, qu'il s'empressa de glisser sous son bras.


- Merci camarade, que l'esprit de Violët soit avec vous en ces jours de fête.

Dès que la porte de l'ascenceur s'ouvrit, le cliquettement des machines à écrire de l'office central se fit assourdissant. Kronski se réfugia rapidement dans son bureau pour y évaluer quelques affaires en cours, répondit à quelques courriers en attente avec l'aide de Spönz, son assistant, et se permit en une pause café pour quatre heure. Cette routine aurait pu paraître morne à n'importe qui, mais Kronski aimait cette régularité qui représentait tout ce que le Valdisky avait de rassurant, sécurisant. Quel malheur si ses horribles capitalistes zollernois venaient à envahir le pays ! se disait souvent le policier, la vie en serait irrémédiablement chamboulée et deviendrait potentiellement chaotique. Un chaos qui l'effrayait au plus haut point.

Kronski se décida enfin à ouvrir le fin dossier qu'il venait de recevoir. Recevoir une requête ou des informations de l'Eriakov n'était pas habituel aux Affaires Internes. La ville frontalière relevait plutôt de la compétence du REX, les renseignement extérieurs, qui surveillaient de près cette ville stratégique à l'entrée du canal Transcontinental.

Le papier-carton se déchira pour laisser s'échapper quelques photos et quelques copies de fiches et de rapports.


- Pas de courrier pour l'accompagner ? Voilà qui est parfaitement irrégulier !

Après avoir inspecté le dossier sous toute ses coutures, il n'y avait toujours pas l'ombre d'une note explicative, ni d'un numéro de dossier ou même de la mention d'un matricule d'agent traitant.

Bronislav Kronski, sourcils fronçés, se mit alors à avoir un mauvais pressentiment. Tout cela n'était pas clair. Un des rapports n'aurait d'ailleurs pas dû être entre ses mains. Il s'agissait d'une note de la division économique qui parlait d'irrégularités dans les comptes plusieurs sociétés et de détournement de fonds. Il y enavait pour des dizianes de milliers de roubles, potentiellement des centaines de milliers.


- Cela n'a pas de sens... Pourquoi ce rapport ? Il doit s'agir d'une erreur de courrier et... Les noms associés étaient des officiers et des fonctionnaires hauts-placés. Très haut placés.

RRRRRIIIINGGGG!!!!! L'inspecteur s'arrêta de lire pour ramasser de façon précipitée la liasse de document dans leur enveloppe. Sa supérieure, Elena Pachenko était au bout du fil.

- Vous passerez dans mon bureau demain matin me présenter le rapport sur Karlovic, camarade inspecteur. D'autre part je voulais savoir si vous n'aviez pas reçu du courrier qui ne vous était pas adressé ?

- Absolument camarade Lieutenant. Et non, aucun courrier de ce genre. Je vous en prie, camarade Lieutenant, bon après-midi à vous. Borislav essuya une goutte de sueur. Vu les noms figurant sur ce rapport, si jamais il admettait avoir ouvert ce dossier, il était cuit. Mieux valait feindre l'ignorance et le détruire au plus vite.

Il attrapa son manteau à la volée alors qu'il sortait de son bureau et se glissait dans les escaliers aussi discrètement que possible. Après avoir passé les contrôles, le policier se retrouva dans la rue, déboussolé. Que faire avec ces papier compromettants ? Que ferait-il quand on découvrirait que le dossier avait atterri sur son bureau. Pire, qu'il l'avait lu et qu'il était maintenant au courant d'une affaire qui n'aurait du concerner que le sommet de la PPV ?

Alors que l'homme à la barbichette devenait aussi livide que la neige sur laquelle il errait sur la place Violette, un grand échalas blond lui attrappa le bras pour le tirer en avant. Borislav paniqua sur le coup avant de réaliser que l'homme lui souriait.


- Venez, camarade inspecteur, nous allons discuter au Café Mariansky. Une petite vaudka d'Oorenburg nous réchauffera !





__________________________________
Polkovnik Boris Koloskopy
Commissaire au gouvernement de la République Populaire
Directeur de la PPV
avatar
Boris Koloskopy
Ordre du Violët Rouge
Ordre du Violët Rouge

Messages : 398
Date d'inscription : 19/03/2013
Localisation : Maskva

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Café noir à la PPV

Message  Boris Koloskopy le Sam 11 Mar 2017 - 2:44

Le grand blond accéléra le pas sur la neige, salissant ses chaussures à clous noires, puis entra dans le café. L'air chaud et épais des cigarettes et du chauffage au gaz de savonite réglé au maximum satura leur visage avant de laisser place à un parfum de café et de tabac de mauvaise qualité. Les conversations allaient bon train en cette fin d'après-midi où les cadres du parti et les huissiers de la Diète commentaient les résultats sportifs du Subrugby.

- Asseyons-nous là. L'inspecteur Kronski se dévêtit de son manteau tout en suivant son interlocuteur jusqu'à une table isolée de l'établissement, à moitié rassuré. Au moins dans ce café il ne risquait pas d'être arrêté ou malmené. Au cas où il avait toujours sur lui son arme de service, mais il n'était pas un tireur émérite.

- Que me voulez-vous camarade ?

- Camarade inspecteur, ce dossier que vous avez reçu ne s'est pas égaré sur votre bureau. Vous avez au contraire été choisi avec attention. Vous avez des états de service excellents et nous avions besoin de quelqu'un comme vous pour cette affaire.

Borislav se doutait bien que ce n'était pas tout à fait de son intégrité ni de son zèle dont l'homme parlait, mais bien du fait qu'il s'était soigneusement tenu à l'écart des cabales de bureau dans son service. Cela n'avait pas fait avancer sa carrière aussi vite que pour d'autre, mais au moins il était passé entre les purges et il n'était pas politiquement compromis par un supérieur avide de promotion.

- Je vous écoute. Je crains cependant que cette affaire ne dépasse mes compétences au contrôle des affaires policières.

- Absolument pas. Je suis le camarade Lieutenant Kiril Sideev, responsable d'une unité d'enquête de haut-niveau, mais vous n'avez pas besoin d'en savoir plus. Vous êtes désigné pour cette affaire particulière pour enquêter sur ces soupçons de malversations. Si vous avez lu ces notes, vous savez que nous avons reçu des informations par un contact du REX à l'étranger faisant état de vastes sommes en roubles et en gulbars qui ont transité au Krassland et à Prya sur des comptes liés à des sociétés possédées par des valdisks. Des versements impliqueraient même un détournement massif de roubles vers le Krassland. Nous soupçonnons certains cadres du Parti d'avoir mis en place un système pour détourner des fonds d'entreprises valdiskes. Nous ignorons l'ampleur des dégâts mais visiblement ils sont importants.

- C'est très grave camarade Lieutenant. Mais je vous soupçonne de ne pas m'avoir tout dit, ou sinon je ne vois pas pourquoi vous me demanderiez d'enquêter sur cette affaire à votre place.

- Très juste camarade. Laissez-moi juste vous montrer ces deux photos...

Sideev sortit une portait et une photo prise dans une rue d'une ville de montage.

- Mais... Il s'agit du terroriste du sommet d'Eriagrad !! je croyais qu'il était mort !

- Il semble bien que non. Pire, il semblerait que l'homme aie des liens avec des agents de la PPV. Il a été repéré en entrant dans l'agence NovaBank de Krassbergstadt. Nous savons par notre contact du REX au Krassland qu'il débarquait d'un vol vers Prya. Visiblement nous sommes infiltrés. Je vous laisse enquêter. Nous nous occuperons de vous fournir une excuse pour vous absenter de votre poste actuel, et avant que je ne l'oublie, voici votre nouveau passeport valdisk pour pouvoir sortir incognito au Krassland, avec une fausse identité bien entendu.

Bronislav récupéra prestement son nouveau faux passeport pour le dissimuler dans son manteau. Il ne savait pas dans quelle galère il s'était embarqué, mais il se disait qu'il s'en rendrait compte bien assez vite.

__________________________________
Polkovnik Boris Koloskopy
Commissaire au gouvernement de la République Populaire
Directeur de la PPV
avatar
Boris Koloskopy
Ordre du Violët Rouge
Ordre du Violët Rouge

Messages : 398
Date d'inscription : 19/03/2013
Localisation : Maskva

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum