Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Klaus Störtebeker le Ven 5 Avr 2013 - 22:18

Une missive arriva au bureau du Président Raspoutine.

De Son Excellence Boniface de Brimont,
Ambassadeur du Saint-Empire auprès du Valdisky

A Son Excellence Bogdan Raspoutine,
Président de la République Populaire de Valdisky,

Votre Excellence,

Le Saint-Empire, à travers moi, vous félicite pour votre élection. Le Valdisky a porté à sa tête un homme de qualité et nous ne doutons des effets positifs sur le développement de votre nation.

Aussi, nous souhaiterions vous rencontrer pour vous remettre un présent de la part du Saint-Empire et discuter avec vous de notre coopération commune.

Soyez assuré, Votre Excellence, de ma haute considération,

Boniface de Brimont
avatar
Klaus Störtebeker
Ambassadeur

Messages : 38
Date d'inscription : 23/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Bogdan Raspoutine le Sam 6 Avr 2013 - 21:27

Maskva, le six avяil deux mil tяeize.
PALAIS VOLKER

Le président
Au camarade Boniface de Brimont,
Ambassadeur du Saint-Empire d'Edoran auprès de la République Populaire du Valdisky.

Camarade Boniface,
Vous êtes le bienvenu au Palais Volker à tout moment et sans qu'il soit nécessaire de vous munir d'une invitation. Nous n'avons que faire des convenances bourgeoises et superficielles qui imposent aux diplomates un papier en carton pour se rendre auprès des autorités comme s'il fallait une énième lettre de créance à approuver par l'Etat hôte.
J'ai ouïe dire que vous étiez un homme de bonne foi qui avait compassion et respect à l'égard de tous les Hommes de quelque origine sociale ou héréditaire qu'ils soient. Il est indéniable que c'est une qualité essentielle pour vivre au Valdisky et cela me motive grandement pour faire votre connaissance au plus vite.

Salutations révolutionnaires.

Camarade-Président, Bogdan Mikhaïlovitch Raspoutine.

__________________________________
Camarade-Président Bogdan Mikhaïlovitch Raspoutine Kartvitalski
Fondateur du CCP, Courant Conservateur Populaire
avatar
Bogdan Raspoutine
Président du Conseil des Commissaires

Messages : 71
Date d'inscription : 28/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Klaus Störtebeker le Sam 6 Avr 2013 - 22:06

"Camarade Boniface" ? L'ambassadeur ne s'était pas fait appeler ainsi depuis son passage au Syndicat des Etudiants Démocrates, organisation markiste, durant ses études de droit. Si ses convictions politiques avait mûri et était devenu plus réaliste, il n'en demeurait pas moins un homme ouvert et très progressiste. Il était d'ailleurs fort aise de ne point s’épandre en protocole avec le Président valdisk.


- Adjudant, on part pour le Palais Volker. Prenez le paquet.

- Bien Monsieur.

Une demi-heure après, Brimont était dans le hall du Palais.

- Bonjour, je souhaite rencontrer le Président Raspoutine.
avatar
Klaus Störtebeker
Ambassadeur

Messages : 38
Date d'inscription : 23/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Boris Koloskopy le Dim 7 Avr 2013 - 13:22

Un paquet ? Mais bon dieu, quel sorte d'étranger avait-il l'idée d'amener un paquet au palais Volker ?
Un des huissiers chargés de l'accueil du palais courut dans l'arrière salle de son guichet pour téléphoner à la sécurité. Une petite minute plus tard une dizaine de policiers de la PPV se présentaient dans le hall devant l'ambassadeur édoranais et sa délégation, leur barrant le passage. L'officier le plus gradé prit la parole dans un édoranais approximatif :


- Messieurs, veuillez иous яemettяe la paquet suspect et nous pяésenter la pяeuve d'ideиtité. Contяôle sécuяité. Nous... vous pas laisseя pas passer siиoи.

L'aspect paranoïaque et sécuritaire du régime valdiske se vérifiait une fois de plus. Déjà, certains policiers de la PPV avaient porté leur main à leur holster, près à dégainer en cas d'attaque terroriste capitaliste.

__________________________________
Polkovnik Boris Koloskopy
Directeur de la PPV

Ex Commissaire au gouvernement de la République Populaire
avatar
Boris Koloskopy
Ordre du Violët Rouge
Ordre du Violët Rouge

Messages : 490
Date d'inscription : 19/03/2013
Localisation : Maskva

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Klaus Störtebeker le Dim 7 Avr 2013 - 22:42

L'édoranais tendit son passeport diplomatique.

- Je suis le Baron Boniface de Brimont, ambassadeur du Saint-Empire d'Edoran auprès du Valdisky. Je suis ici pour féliciter le Président, et entre nation civilisée, il n'est pas rare de s'offrir des présents... Passez le paquet aux rayons X, mais gardez le secret sur son contenu, je vous en pris.
avatar
Klaus Störtebeker
Ambassadeur

Messages : 38
Date d'inscription : 23/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Boris Koloskopy le Dim 7 Avr 2013 - 22:49

Ainsi soit-il : le paquet fut passé aux Rayons X dans le local de la sécurité du palais. Le contenu visiblement anodin ne fit pas l'objet de commentaires de la part des policiers.

- Ok, tout paяfait. Allez-y excelleиce.

...grommela l'officier.



EL : Je vous fait confiance sur ce coup Wink

__________________________________
Polkovnik Boris Koloskopy
Directeur de la PPV

Ex Commissaire au gouvernement de la République Populaire
avatar
Boris Koloskopy
Ordre du Violët Rouge
Ordre du Violët Rouge

Messages : 490
Date d'inscription : 19/03/2013
Localisation : Maskva

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Klaus Störtebeker le Lun 8 Avr 2013 - 8:49

Brimont n'en voulait pas à la PPV ni à la sécurité du palais. Le Valdisky n'avait rien à craindre d'Edoran. Le Saint-Empire avait lié des relations diplomatiques sincères et jamais ne s'ingérerai dans les choix du Valdisky, quand bien même Maskva soutenait l'occupation militaire illégale de trois Etats vassaux de la Russlavie. Si le Valdisky devait craindre une menace, c'est bien de la part de ses alliés krasslandais, qui eux était capitaliste, d'une part, et qui s'ingérai ouvertement dans la conduite de la diplomatie des nations de l'Archipel, d'autre part...

Et puis Brimont était un démocrate convaincu, ce qui devait encore plus effrayer ces rouges, qui n'avait de la démocratie que l'apparence. Brimont avait de la sympathie pour eux et avec le sourire demanda :


- Merci messieurs, vous faîtes admirablement votre travail. Pour sûr, le Président est en sécurité grâce à vous. Pourriez-vous m'annoncer et me conduire auprès de lui ?

avatar
Klaus Störtebeker
Ambassadeur

Messages : 38
Date d'inscription : 23/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Bogdan Raspoutine le Lun 8 Avr 2013 - 23:12

Les agents de la PPV s'exécutèrent. On fit attendre le diplomate édoranais quelques instants puis le camarade Anatoli Pouchkine se présenta face à lui.
Sans doute s'imaginait-il que l'actuel chef de cabinet du président n'était autre que le président lui même, c'est pourquoi le camarade Pouchkine eut l'initiative de se présenter au diplomate tout en lui serrant la main avec vigueur d'un air bienveillant.


"Camarade Anatoli Pouchkine, directeur du cabinet de Son Excellence le camarade Bogdan Mikhaïlovitch Raspoutine, Secrétaire Général du Parti Violëtiste, président de la République et président du Conseil des Commissaires du peuple. Veuillez me suivre je vous prie"

Le camarade Pouchkine conduisit l'édoranais vers le bureau présidentiel. Ils avaient longtemps marché, ouvrant portes et franchissant plusieurs duos de gardes chargés de la sécurité de chaque zone du palais présidentiel. Une fois arrivés, le valdiske s'adressa à l'ambassadeur Boniface de Brimont :

"Veuillez attendre quelques minutes je vous prie. Je vous annonce auprès du président de la République. Il est déjà au courant mais il faut savoir si c'est le bon moment... Il lui arrive d'être occupé avec une des jeunes blondes travaillant au secrétariat du cabinet présidentiel"

Se rendant compte des insinuations précises qu'il venait de délivrer, il se ressassait le supplice vécut par son vieux tonton, envoyé à Brevsk par le camarade Violët. A cette époque, il avait perdu sa tante et ses cousins. Cela coïncidait étrangement avec le revirement radical de son propre foyer en faveur de l'idéologie. Il rectifia ses propos :

"Oui enfin je veux dire par là que le président et les secrétaires doivent parfois s'entretenir d'affaires de cabinet"

Un commis de la Présidence, ayant entendu la fin de cette phrase, se permit par un excès de zêle de l'interrompre :

"Camarade Pouchkine, les ouvriers ont terminé la réparation des cabinets. Tout le monde sera ravit d'apprendre que les toilettes sont à nouveau libres pour calmer une envie pressante ou pour satisfaire un besoin intime. Voilà qui devrait faire plaisir à tout le monde !"

C'est avec un air dépité que le camarade chef de cabinet ouvrit la porte des 50 m² où se décidaient toutes les mesures prises au Valdisky. Il remercia le diplomate pour son arrivée et lui souhaita un bon entretien, tout en mettant à sa disposition une cloche qui permettait d'appeler quelques soubrettes, gardes et cuisiniers si besoin était.

Le président Raspoutine était en train de préparer le premier conseil des ministres de son gouvernement lorsqu'il fut interrompu par l'entrée de Boniface de Brimont. Il scruta l'individu puis eut un air généreux et accueillant :


"Ah Votre Excellence ! Bienvenue au Palais Volker ! Prenez donc place, j'ai hâte de m'entretenir avec vous"

__________________________________
Camarade-Président Bogdan Mikhaïlovitch Raspoutine Kartvitalski
Fondateur du CCP, Courant Conservateur Populaire
avatar
Bogdan Raspoutine
Président du Conseil des Commissaires

Messages : 71
Date d'inscription : 28/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Klaus Störtebeker le Mar 9 Avr 2013 - 18:10

- Mes hommages Excellence, je vous remercie. Je suis très heureux de vous rencontrer

Le diplomate édoranais s'assit.

- Je tiens à vous féliciter une nouvelle fois pour votre élection, mais de vive voix. Aussi, je vous transmet les sentiments de Sa Majesté Impériale. Sachez que les autorités d'Allancia sont toutes très impressionnées par la vitesse de développement de votre nation, si tôt après votre indépendance. Assurément, Excellence, si j'ose dire, c'est le meilleur lancement depuis bien longtemps dans le Micromonde. Bien mieux que le Krassland, à son lancement l'an dernier.

Au nom de Sa Majesté Impériale Philippe Ier, acceptez cet humble présent... Puis il poursuivi dans un sourire. Et soyez rassuré, il a été vérifié au rez-de-chaussée par votre sécurité, c'est la moindre des choses !

Le paquet contenait une bouteille magnum du fameux vin pétillant édoranais, le Chantrézac, que l'on buvait lors des grandes occasions... avant la prohibition, bien sûr. Il s'agissait là d'un "Veuve Boileau 1900" une excellente année.
avatar
Klaus Störtebeker
Ambassadeur

Messages : 38
Date d'inscription : 23/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Bogdan Raspoutine le Mer 10 Avr 2013 - 0:24

De toute évidence, le camarade Raspoutine était un alcoolique. Et le présent offert par le diplomate édoranais ne pouvait que le réjouir.
En guise de remerciement, il entoura Boniface de Brimont avec ses bras pour faire une accolade de sympathie.


"Une bouteille de Chantrézac! Voilà bien longtemps que je voulais en consommer. Il semblerait que l'occasion se présente dorénavant"

Il confia la bouteille à une soubrette en lui marmonnant quelques mots de la langue locale.
Comprenant qu'il lui avait ordonné de fournir la bouteille à la PPV pour inspection du contenu, comportement qui correspondait vraisemblablement à la paranoïa quotidienne du nouveau chef d'Etat, la soubrette s'exécuta sans dire mot. Et au président de rassurer son interlocuteur :


"Cette demoiselle se chargera de ranger cette bouteille de luxe dans une des caves du Palais. Remerciez chaleureusement le camarade Philippe Ier pour ce cadeau. J'espère que dans sa manière de gouverner, il en fait de même pour le peuple édoranais. Qu'il offre des cadeaux aux plus défavorisés. Mais je dois avouer ne connaître que trop peu le système politique ainsi que les caractéristiques de votre pays.
Nos deux pays semblent tisser des liens privilégiés au vu du Traité qui régit nos relations. En tant que chef d'Etat valdiske, force est de reconnaître pour ma part que nos liens réciproques sont plus solides qu'avec tout autre pays ayant contact avec nous. A moins qu'une grave circonstance m'amène à faire un choix inverse, je n'ai pas franchement l'intention de mépriser l'héritage diplomatique laissé par mon prédécesseur.
Éclairez moi sur votre beau pays en me donnant des informations précises, j'aurai l'esprit plus ouvert en étant au fait des découvertes que vous me ferez partager. Les travailleurs y sont-ils bien traités?"

Le camarade Raspoutine était sincère dans ses réponses. Et il était notoire que c'était un homme qui avait une grande mémoire. Il pouvait se souvenir de beaucoup de choses pendant très longtemps et il saisissait cette occasion pour concentrer son esprit aux réponses de l'ambassadeur et ainsi apprécier la contrée inconnue qui venait former des liens d'amitié avec le Valdisky.


__________________________________
Camarade-Président Bogdan Mikhaïlovitch Raspoutine Kartvitalski
Fondateur du CCP, Courant Conservateur Populaire
avatar
Bogdan Raspoutine
Président du Conseil des Commissaires

Messages : 71
Date d'inscription : 28/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Klaus Störtebeker le Mer 10 Avr 2013 - 12:26

- Je suis bien heureux que ce présent vous plaise ! Sa Majesté Impériale le sera tout autant, je lui transmettrais vos remerciements.

Notre alliance est effectivement au milieu d'une situation qui peut paraître paradoxale et délicate. Mais je pense pour ma part que les choses sont assez claires, du point de vue d'Edoran. Encore une fois, nous nous ingérerons pas dans les prises de positions valdisks. La situation est claire disais-je. Le Saint-Empire est une nation on ne peut moins impérialistes, notre armée, assurément la plus puissante de l'Archipel après les années passées petit à petit à la réorganiser et à l'équiper, a toujours été l'instrument de la Paix, de la libération, de la défense. Jamais notre armée ne mena d'offensive en dehors de ces trois motivations. Le Saint-Empire a toujours cherché à ce qu'une Paix durable soit établie sur le Continent Nord. Nous nous sommes associé aux efforts scanthélois dans ce domaine et nous avons nous même entrepris de proposer des engagements clairs pour la Paix, c'était incontestable. Seulement, un jour, une nation disparue depuis des temps reculés refit surface et s'est plaint d'avoir des parcelles de ces anciennes terres occupés par des nations plus jeunes. Malgré nos efforts, une conférence pour la paix en CSH et de multiple relance de dialogue, le Krassland, a envahis la Russlavie, d'abord, s'est engagé dans une préparation d'invasion de l'Edredonie, ensuite, puis dans un ultimatum absurde, enfin, dont vous savez les résultantes. Bref, le Saint-Empire, devant le refus de diplomatie du Krassland, ses menaces et surtout son occupation illégale de la Russlavie, s'est organisé pour y faire face. Fidèle a ce que nous avons toujours fait, nous ne ferons que répondre à un affront, mais jamais nous ne ferons d'affront... cependant je crains que l'invasion de la Russlavie est un affront...
Assurément, vous seriez dans la même situation que nous si feu l'Empire du Centuryon ou feu le Norduryyk réapparaissait ! Et nous vous soutiendrons ! Et non les revenants. Aussi, nous vous réitérons notre accord de non-agression. Le Valdisky n'est en rien concerné par les agissements impérialistes du Krassland. Sauf si cette folie krasslandaise décide de votre invasion, après celle de la Russlavie. Dans ce cas, vous nous auriez évidement à vos côtés.

Pour répondre à vos interrogations, que je trouve du reste très légitime, je vous dirais que le Saint-Empire traite plutôt bien ses travailleurs. Et ceci résulte d'une transformation du paysage politique et, secondairement, économique.

En effet, Edoran fut le théâtre de lutte politique entre conservateurs et démocrates (socialistes en réalité) pendant bien longtemps. Aujourd'hui, bien que des divergences profondes subsistes, les conservateurs ont disparus, laissant le leadership politique à une Union Centriste d'obédience social-démocrate. Pour ce qui est de la gauche, elle s'est radicalisé vers le markisme, idéologie proche du violëtisme, issue de Charles Mark. Avec ce décalage vers la gauche du barycentre politique édoranais, nous avons là de grande avancées pour le bien-être des travailleurs : salaire minimum en hausse, syndicat obligatoirement consulter sur tout projets économiques, loi sur les conditions de travail, démarche volontaire des grands groupes industriels d'intégrer les syndicats aux conseils d'administration, ... Cela fait bien longtemps que nous n’avons pas eu de grève et les syndicats sont plutôt satisfaits d'être consulté systématiquement.

Désolé, je parle trop...

Brimont avait la gorge sèche et espérer avoir quelques alcool local à boire... Depuis l'instauration de la prohibition, les demandes pour être diplomate à l'issue de l'Ecole Impériale d'Administration avait augmenté...



Dernière édition par Klaus Störtebeker le Mar 16 Avr 2013 - 8:43, édité 1 fois
avatar
Klaus Störtebeker
Ambassadeur

Messages : 38
Date d'inscription : 23/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Bogdan Raspoutine le Mar 16 Avr 2013 - 4:52

Le camarade-président, comme par hasard, eut l'idée de servir un verre de vaudka à son interlocuteur. Il ordonna également à la soubrette de lui en servir un, à la différence que son propre verre était plus important en quantité d'alcool.
Il était notoire pour les valdiskes que leur président aimait boire comme son peuple, ce qui était un gage de sympathie et de proximité avec le peuple d'ailleurs. Mais ce détail anecdotique était moins connu des diplomates du Micromonde. Aussi la quantité de vaudka pure versée dans le verre du camarade-président sans aucun jus versé pour tempérer le goût du spiritueux impressionna t-elle le diplomate Boniface de Brimont.


"Je vais vous le dire comme je le pense, camarade Boniface, nous apprécions grandement la politique extérieure du Saint-Empire d'Edoran en ce qui concerne son attachement au respect de la souveraineté des Etats de l'Archipel ainsi que de leur positionnement diplomatique, sans aucune forme d'ingérence.
Bon nombre de régimes impérialistes ont souvent tenu les propos que vous tenez en postulant que leur Etat promeut la paix et n'a aucune visée expansionniste mais il faut bien reconnaître qu'Edoran a le mérite d'appliquer ses propres principes. Aux paroles le Saint-Empire a su joindre les actes en se conformant à cette règle de non ingérence qui caractérise à nos yeux les Etats que nous excluons du champ impérialiste.

Le président Raspoutine mouilla sa plume dans un encrier pour ensuite commencer à rédiger une note destinée au service du protocole et qui mentionnait l'invitation de toutes les personnalités les plus éminentes du pays en vue du premier Congrès extraordinaire du Parti Violëtiste. Par la même occasion, le chef de l'Etat souhaitait réunir son gouvernement pour un conseil des ministres ouvert au Parti, renforçant un peu plus la mainmise du Parti sur le gouvernement. L'autre intérêt de ce choix purement stratégique était d'humilier ses adversaires devant les bureaucrates du Parti Violëtiste, atténuant ainsi leur popularité. En premier lieu il pensait au camarade Litovski pour lequel il avait éprouvé une fureur sans égal avec l'affaire du navire krasslandais dont les fins étaient ignorés par l'Etat valdiske alors même qu'il était le premier concerné, dans la mesure où il était prévu que ce navire lève l'ancre sur le territoire valdiske.
Après avoir signé la note par ses initiales, le président reprit la discussion :


- Bien qu'Edoran soit un Empire, la politique impériale n'a rien d'impérialiste. Et je reconnais personnellement cette nuance qui est une preuve de grandeur de votre nation. J'avais beaucoup de doutes et de préjugés sur votre diplomatie, je constate qu'elle est bien plus éclairée qu'on ne le penserait au premier abord. Et en cela vous avez toute mon adhésion.

Cet engagement subjectif que prenait le président n'était pas sans conséquences sur l'orientation diplomatique du Valdisky et le camarade Raspoutine, bien qu'un peu saisit par les premiers effets de la Vaudka, persistait à croire que le choix qu'il prendrait allait être le bon.
Quel aurait été l'intérêt de soutenir le Krassland, un Etat seul, belliqueux et soutenu par peu de nations. D'autant plus que ce même Etat avait froissé son orgueil en ne lui souhaitant pas les félicitations d'usage à l'occasion de son élection. Ce choix, il en était convaincu, résoudrait bien des problèmes au niveau Micromondial. D'abord il pourrait consolider le pacte panslave autour de la Russlavie et du Vladivaïa tout en soutenant la Russlavie dans ses exigences territoriales et ensuite il permettrait au Valdisky d'avoir une image plus sainte, moins rude auprès de la communauté micromondiale. Ce qui permettrait à la Police Politique de mettre en oeuvre un plan de diffusion des idées violëtistes à l'échele micromondiale de manière plus sereine. L'armée populaire aurait également le temps de développer son potentiel.


- S'agissant du Krassland, je vais aussi vous répondre avec la même honnêteté, l'alcool aidant.
Mon prédécesseur a privilégié des rapports plus solides avec la Semi-République en misant sur le caractère républicain de l'Etat Krasslandais. Mais force est de constater que le Krassland ne jouit pas d'une réputation diplomatique qui, a priori, pourrait être remarquable aux yeux des micronations.
A l'image du Belondor ou d'autres nations, ces Etats ne connaissent pas le sens diplomatique que le Saint-Empire d'Edoran pratique avec justesse et humilité. Ils se contentent de vivre en autarcie sans réellement communiquer avec les Etats qui seraient susceptibles d'être leurs alliés sans doute parce que leurs dirigeants sont bouffis d'orgueil.

Il termina la dernière goutte de son verre et s'en resservit un autre. Le président commençait à rougir et à manifester un peu d'euphorie. Heureusement Raspoutine était un habitué de la boisson et même si celle ci pouvait le détendre en toute occasion, il arrivait à rester lucide jusqu'à une certaine limite qu'il franchissait à chaque fois.

- Camarade Boniface, je vais vous le dire en toute sincérité, je n'ai vraiment pas apprécié que le Krassland ne vienne pas saluer mon investiture ni prendre de mes nouvelles en se contentant des accords signés entre nos deux Etats. Les relations diplomatiques, à mon sens, ne se résument pas à des actes juridiques. Il faut entretenir ces relations en communiquant et en donnant des nouvelles.
Je vous avoue ne pas avoir bien saisi les tenants et aboutissants des querelles diplomatiques liées aux agissements du Krassland. Votre exposé éclaircit beaucoup mieux mes pensées et ma réflexion. A cet égard j'estime que vos prétentions et vos positions sont plus que légitimes.

Il se leva ensuite vers une étagère d'où il prit en main un disque de vinyle. Il se dirigea ensuite vers l'électrophone qu'il avait tout récemment disposé pour faire découvrir à son interlocuteur un des chants révolutionnaires du Valdisky.

-Vous m'avez beaucoup appris sur votre pays. Je dois vous avouer mon intérêt pour Charles Mark, serait-ce trop demander d'inviter le camarade qui fédère les markistes de votre pays en République Valdiske pour un entretien personnel avec moi même?
Je me réjouis de constater que malgré la forme monarchique de vos institutions, Edoran soit un pays qui reconnait la valeur de ses propres travailleurs"


__________________________________
Camarade-Président Bogdan Mikhaïlovitch Raspoutine Kartvitalski
Fondateur du CCP, Courant Conservateur Populaire
avatar
Bogdan Raspoutine
Président du Conseil des Commissaires

Messages : 71
Date d'inscription : 28/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Klaus Störtebeker le Mar 16 Avr 2013 - 10:43

Brimont était bien content de boire un peu... chose impossible en Edoran. Il fut impressionné de la quantité d'alcool que le Président se servit, mais connaissait la réputation de l'individu dans ce domaine... Il écouta et répondit à son interlocuteur qui devenait de plus en plus rutilant.


- Excellence, le fait que vous reconnaissiez la réalité de notre politique extérieur de paix et de dialogue nous honore. Le Ministre Störtebeker avait vu juste en pariant sur le fait que votre République nouvelle était une Nation très prometteuse et doté d'hommes de grandes valeurs. Et je compléterai les dires de notre Ministre en déclarant que le premier de ces hommes, c'est vous, Excellence, et que le Valdisky se hisse parmi les pôles majeurs de l'Archipel grâce à votre action en cette faveur.

L'ambassadeur s'interrompit et reprit une gorgée de vaudka. L'Archipel avait effectivement vu naître une grande nation sur les anciennes terres du Noordurryk ou Nordenmark zollernois. Une nation qui jouerai un rôle diplomatique de poids dans l'Archipel, et qui avait avec fulgurance développé un système de renseignement qui dans quelques semaines serait probablement aussi efficace que les réseaux des nations plus anciennes.

- Nous sommes évidement attristé de voir le mépris du Krassland a votre égard. Mais il faut dire que cette semi-nation à rompu les relations diplomatiques avec la Triple-Alliance et envahis la Russlavie. Il ne fallait pas attendre grand chose de cet Etat ultra-capitaliste. Et je vous rejoins sur l'orgueil manifeste des dirigeants krasslandais, qui participe à ce mépris envers les autres nations. Je ne puis qu'être satisfait de voir votre nation s'unir culturellement et diplomatiquement à la Russlavie et au Vladivaïa, ainsi qu'avec deux petites nations édoranaises slaves que sont le Royaume de Palogne et le Basilisat de Moldavia. Vous faîtes encore la preuve de votre différence avec l'Etat fermé dont nous n'avons déjà que trop parlé.

La non-ingérence était un principe édoranais qui confinait parfois, on l'a vu, au paradoxe. Tout en laissant toute liberté au Valdisky, il était normal qu'en bon diplomate, Brimont pose cette question éminemment importante quant à la juste souveraineté des peuples et au maintient de la Paix sur le continent. Le principe de non-ingérence ferait que la réponse n'aurait aucune conséquence sur les relations entre la République Populaire et la Saint-Empire.

- Excellence, le Valdisky rendra-t-il publique une position officielle sur l'invasion krasslandaise du sud de la Russlavie ?

Il enchaîna ensuite sur des sujet plus légers

- Eh bien, je ne vois pas d'objection à ce que j'invite en votre nom les deux leaders du markisme en Edoran. Il s'agit de Monsieur Victor-Emmanuel Chandebise, ancien membre de l'Union Nationale, parti de gauche modérée, et Monsieur Antoine Namer, ancien chef du Parti Markiste. Aujourd'hui ces deux partis ont fusionné dans le Parti Démocrate Edoranais, d'obédience clairement markiste.

Enfin je souhaiterai vous reparler des 6 navires commandés dans nos chantiers. Ceux-ci seront bientôt livré. Les ouvriers travaillent jour et nuit, pas les même bien sur ! Et ils bénéficient de primes généreuses. Nous savons que le Valdisky acquiert petit à petit la capacité industrielle nécessaire à la construction de ses propres grands navires, mais nous sommes tout de même honoré de vous fournir cette flotte primaire qui sera incontestablement le fleuron de votre marine, symbole de l'indépendance du Valdisky et de l'amitié valdo-édoranaise. Nous avons même demandé au chantier d’aménager une cabine présidentielle dans le croiseur que nous vous construisons. Aussi, la Direction des Chantiers Navals de Bordeleau aimerait connaître les noms que vous souhaitez attribuer à vos 6 navires, afin que tout soit prêt à temps. Nous vous inviterons en personne à Bordeleau pour le lancement et le baptême de ces navires, dans quelques temps.
avatar
Klaus Störtebeker
Ambassadeur

Messages : 38
Date d'inscription : 23/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Bogdan Raspoutine le Jeu 18 Avr 2013 - 4:03

Le camarade président s'attendait à ce genre d'interrogation du diplomate. Après tout, Raspoutine s'était mis en position de faiblesse en accordant le soutien valdiske au Saint-Empire. Il fallait maintenant se montrer hésitant et ne pas trancher, c'est la meilleure façon de continuer à susciter l'intérêt de celui qui vous courtise. Il gardait ainsi l'ascendant sur le diplomate édoranais et par extension, les autorités auxquelles il devait rendre compte. Mails il ne fallait pas donner de faux espoirs.
En même temps, c'était une opportunité de contredire les vues diplomatiques de son prédécesseur qui était plutôt favorable à une alliance avec le Krassland, plus par anticonformisme que par convictions.


"Nous sommes les alliés de la Sainte-Russlavie. Nous partageons des liens très forts avec ce pays et je comprends que la question territoriale qui est l'objet d'un contentieux avec le Krassland soit posée avec un regard compréhensif. Je pense qu'il convient d'arranger cette situation par des moyens autres que militaires ou agressifs dans les mots. Mon pays peut certainement aider à la résolution du conflit par le dialogue, sachant que nous arrivons à discuter autant avec les Russlaves qu'avec les Krasslandais. Sans doute notre intervention permettrait d'atténuer les revendications de la Semi-Republik"

Concernant l'offre militaire d'Edoran, le président était ravi d'un tel don. Ce don était inestimable et il paraissait évident qu'il contribuerait à la sympathie des relations bilatérales entretenues entre les deux pays. Décidément, la diplomatie édoranaise ne ménageait pas ses efforts pour s'attirer les faveurs des autres Etats. Ce qui contrastait cruellement avec la diplomatie Krasslandaise.
Raspoutine pensait donc qu'en temps voulu, il serait judicieux de renvoyer l'ascenseur en remerciant les efforts concentrés par Allancia. Mais pour l'instant, il fallait user d'un langage diplomatique. En clair, de la langue de bois. C'est à dire sans accorder définitivement un soutien ou une désapprobation


"Eh bien dîtes à la Direction des Chantiers Navals de Bordeleau que j'accepte son invitation avec plaisir !
Je suis flatté de l'honneur que vous laissez de déterminer les noms des six navires que vous nous offrez avec gentillesse. Voici la liste que je vous propose :

- Le Révolutionnaire
- L'Insoumis
- Le Vaillant
- Le Litovski
- Le Lunine"


__________________________________
Camarade-Président Bogdan Mikhaïlovitch Raspoutine Kartvitalski
Fondateur du CCP, Courant Conservateur Populaire
avatar
Bogdan Raspoutine
Président du Conseil des Commissaires

Messages : 71
Date d'inscription : 28/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Klaus Störtebeker le Lun 10 Fév 2014 - 0:31

De Son Excellence Boniface de Brimont,
Ambassadeur du Saint-Empire auprès du Valdisky

A Son Excellence Pavel Gorilov,
Président de la République Populaire de Valdisky,

Votre Excellence,

La République Populaire de Valdisky et le Saint-Empire d'Edoran ont de nombreuses fois montré leur amitié réciproque, et ont été des exemples de nations paraissant opposées et pourtant tolérantes l'une vis à vis de l'autre.

Le Saint-Empire d'Edoran a récemment subit un profond choc politique en portant à sa tête un gouvernement progressiste en rupture avec des années de gouvernance de droite. Bien qu'il eu toujours la plus profonde sympathie pour le régime valdisk, le Saint-Empire souhaite réaffirmer l'alliance qui fut signé avec la République Populaire en réactivant les collaborations qui étaient convenues.

Afin d'aborder ces sujets, ainsi que quelques thèmes d'actualité récents, je sollicite de votre bienveillance une audience auprès de vous.  

Soyez assuré, Votre Excellence, de ma haute considération,

Boniface de Brimont
avatar
Klaus Störtebeker
Ambassadeur

Messages : 38
Date d'inscription : 23/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Pavel Gorilov le Mar 11 Fév 2014 - 21:25

Maskva, le onze févяieя deux mil quatoяze.
PALAIS VOLKER

Le Président du Conseil des Commissaires,
Au camarade Boniface de Brimont,
Ambassadeur du Saint-Empire d'Edoran auprès de la République Populaire du Valdisky.

Camarade Boniface,
je vous rencontrerai avec plaisir cette semaine malgré un emploi du temps fort chargé. Comme vous l'avez rappelé, le Valdisky souhaite poursuivre la relation engagée avec le Saint-Empire sur la voie de la coopération et de l'entente cordiale.

Salutations révolutionnaires.

le camarade Président du Conseil des Commissaires du Peuple, Pavel Gorilov.
avatar
Pavel Gorilov
Ordre du Violët Rouge
Ordre du Violët Rouge

Messages : 151
Date d'inscription : 27/03/2013
Localisation : Maskva

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Audience entre le Président valdisk et l'ambassadeur édoranais

Message  Pavel Gorilov le Mer 19 Fév 2014 - 11:03

Malgré le fait que le Palais Volker était en proie aux grands troubles politiques maskvites, le Président du Conseil s'inquiétait de ne pas voir arriver l'ambassadeur du Saint-Empire.

- Vous êtes sûr qu'il n'est pas arrivé malheur à De Brimont ?

s'enquerra Gorilov auprès de son chef de la sécurité.
avatar
Pavel Gorilov
Ordre du Violët Rouge
Ordre du Violët Rouge

Messages : 151
Date d'inscription : 27/03/2013
Localisation : Maskva

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum