Eиtяevue avec le diяecteuя de la PPV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Eиtяevue avec le diяecteuя de la PPV

Message  Boris Koloskopy le Mar 2 Avr 2013 - 23:47

Tard dans la nuit, les deux berlines de Koloskopy se présentèrent devant les grilles du palais Volker. C'était le soir des élections et l'euphorie régnait à Maskva comme dans tout le Valdisky. Partout l'on débouchait une bouteille de vaudka du grand-père de derrière les fagots pour célébrer l'élection du nouveau leader de la révolution. Les gardes du coprs de la PPV eurent bien du mal à dégager un passage pour les autos du directeur dans la foule des fonctionnaires fêtards qui avaient envahi l'avenue devant le siège du pouvoir.
Koloskopy se présenta en uniforme dans le bureau du président fraîchement désigné, le gratifiant d'un salut militaire réglementaire et d'un sourire moins conventionnel.


- Félicitations pour votre élection camarade président. Je n'en doutais pas un instant. Il me semble que nous avons beaucoup de sujets à aborder.

Par quoi voulez-vous commencer ?


__________________________________
Polkovnik Boris Koloskopy
Commissaire au gouvernement de la République Populaire
Directeur de la PPV
avatar
Boris Koloskopy
Ordre du Violët Rouge
Ordre du Violët Rouge

Messages : 396
Date d'inscription : 19/03/2013
Localisation : Maskva

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eиtяevue avec le diяecteuя de la PPV

Message  Bogdan Raspoutine le Mer 3 Avr 2013 - 22:34

Il y a une chose importante à savoir à propos du camarade-président qui venait d'être investi du pouvoir politique. Il détestait ne rien savoir.
Il avait une obsession viscérale pour l'information en la voulant soignée, précise, exhaustive et conforme à la réalité du terrain. Et pourtant, des obsessions, ce n'est pas ce qui manquait chez cet homme qui aimait la vie et ses plaisirs. Il y avait le café, le tabac, l'alcool et les femmes. Aux côtés de ces plaisirs superficiels, il avait apprit à aimer le pouvoir au moment où il exerça ses responsabilités à l'Etat major, aux côtés des révolutionnaires au pouvoir. Avec la promotion de général, il pensait avoir couronné sa longue carrière professionnelle en se repassant avec nostalgie et orgueil l'évolution sociale du petit orphelin exploité et obligé de mendier toute la journée pour s'offrir un repas. Le seul et unique de la journée.
Cette ascension sociale, il aime s'en vanter tout en faisant le lien avec le Violëtisme au cours de longues soirées passées à discuter et à boire dans les datchas de ses proches amis. C'était un homme qui appréciait la compagnie des gens, qui semblait avoir une bonne mine et un air généreux au premier abord. Mais il avait un sens tactique aigu, sans compter son cynisme exagéré. Mais c'était un homme d'idéaux et ce côté cynique n'était pas pour desservir l'idéologie. Tous les moyens étaient bons pour arriver à des fins louables.

Après avoir congédié pour la soirée le camarade Anatoli Pouchkine, directeur de cabinet du Palais Volker, le président rangea la pile de dossiers qui encombraient directement le bureau dans un tiroir et se leva en direction de la grande fenêtre verticale qui, de hauteur, était presque semblable à sa taille. Il admirait l'horizon et contemplait l'ensemble de bâtiments qui se dressaient, tous homogènes et collés entre eux, encore un héritage du collectivisme imposé par Vladimir Violët. Les bâtiments étaient austères, de la même couleur (gris ou blancs) et ne donnaient pas franchement envie aux fonctionnaires de se rendre au travail. Qu'importe, le camarade Raspoutine pensait à autre chose en ce moment. Il réfléchissait à la stratégie de pouvoir qu'il allait établir et savourait l'emprise qu'il avait désormais sur la politique du parti. C'était un jeu, un jeu qui conduirait à sa victoire et qui permettrait en plus de réjouir toute la population des bienfaits du régime, pensait-il. Quand il relut la lettre que lui avait envoyée le camarade Koloskopy en réponse à son courrier fraternel, le président esquissa un sourire de satisfaction mais aussi de soulagement. Ce serait chose aisée de se maintenir à la tête de l'Etat tout au long du mandat actuel en imposant ses diktats avec le soutien indispensable de la PPV. Il souriait aussi à l'énorme potentiel de cet Etat dans l'Etat, pareil à l'Okhrana russlave, en se disant que le président Litovski n'avait pas vraiment profité de cette arme politique que le pouvoir lui offrait avec générosité. Ce n'est d'ailleurs qu'à la fin de son intérim qu'il décida d'attaquer le MVU, attisant sans doute la haine des internationalistes de ce mouvement.
Mais le camarade Bogdan n'était pas dupe et il était convaincu que c'était une manœuvre politique qui était destinée à transmettre à son successeur un lourd contentieux au sein du parti, qu'il faudrait gérer au plus vite.

Le camarade Koloskopy entra, fit son salut militaire alors que le président était de dos face à la vitre à travers laquelle il observait le paysage.
Lorsque le chef de la PPV commença la conversation par les compliments qu'il destinait au président, Bogdan se retourna aussitôt puis se rapprocha avec un sourire très joyeux, presque paternaliste. Il ouvrit grand les bras et les serra contre les épaules du camarade Koloskopy.


"Ah ! Très content de te voir camarade. En effet nous avons tellement de choses à nous dire. Mais d'abord mets toi à l'aise, je nous sers deux verres et quelques apéritifs"

Il se dirigea vers un coin du bureau présidentiel et sortit d'une sorte de grande boite noire une bouteille de vaudka qui était suspendue sur une profonde surface circulaire remplie de glaçons.

"Les employés sont rentrés chez eux auprès de leur famille, l'Etat leur doit bien ça pour leur dur labeur"

Il se servit un verre aux 3/4 sans mélanger l'alcool avec un jus de fruit. Il servit un demi-verre à son interlocuteur et préjugeant de ce qui lui conviendrait, versa un peu de limonade dedans.

"Tenez camarade"

Ensuite le président se mit à l'aise confortablement, but une gorgée et sortit de son veston un cigare de Sant Eustaquy qu'il renifla aux contours. Il l'alluma et avec une expression apaisée, décida qu'il était temps d'orienter la conversation vers des sujets plus sérieux.

"Polkovnik Koloskopy, avant de commencer je voudrais te dire toute mon estime, toute mon affection et toute la confiance que je te porte. Je te sais honnête homme et homme de parole. C'est une des raisons pour lesquelles l'Etat te renouvelle son soutien en continuant à assumer tes responsabilités.
Ton travail te plaît-il ? As-tu des doléances spécifiques à émettre ? Veux-tu développer un de tes services ou obtenir plus de prérogatives? Je suis à ton écoute, il me suffit de tourner le numéro du camarade Vassily sur ce téléphone et tes volontés seront, comme promis, satisfaites"

Il enfila ses lunettes en les positionnant à proximité des narines par rapport aux yeux et saisit en main une note que lui avait remis un fidèle proche du parti. Tout en fixant le papier, il reprit la discussion :

"J'ai reçu un compte rendu sur les activités du camarade Pavel Gorilov. Tu te doutes bien que si je l'ai nommé au poste qui est le sien, c'est pour qu'à terme il dispose d'un soutien populaire moins évident. C'est aussi pour démythifier l'image que beaucoup ont de lui. Souvent les idéalistes sont plus crédibles lorsqu'ils parlent que lorsqu'ils agissent. Tu me comprends.
A ma grande déception, il risque de causer plus de problème aux intérêts de l'Etat que les modérés. Alors même que les conservateurs auraient pu faire front contre les modérés avec les internationalistes. Les modérés portent bien leur nom.
Je voulais te parler du camarade Gorilov pour que la Police Politique garde un oeil sur lui, que ses moindres traces, communications et déplacement soient surveillés. Sans doute disposez vous de fiches sur lui, son entourage et sa famille. Je veux tout savoir. Fais-en de même pour le camarade Dimitri Litovski à l'encontre duquel j'ai une certaine méfiance, les généraux de l'Etat major en jaugeant leur degré de soutien au régime, les intellectuels qu'ils soient violëtistes ou non, les membres influents du parti et enfin tous les membres du gouvernement. Je souhaite être régulièrement informé.

Il va de soit que pour tout ce qui passe dans le pays comme dans le Micromonde, tout ce qui mérite de susciter l'intérêt du président du Conseil comme des décisions qu'il est susceptible de rendre doivent m'être transmis à moi et moi seul. Désormais ne transmets plus aucun sujet secret concernant les affaires diplomatiques ou intérieures au camarade Dimitri, pour toutes ces choses réfères-toi en à moi. De même, toutes les notes qui concernent une pluralité de personnes mais qui nécessitent le secret défense doivent être cachetées dans une enveloppe avec la mention "diffusion restreinte". Je suis sur qu'en ce qui concerne les habitudes inhérentes à la succession, tu t'en es déjà chargé.
Avant de te confier tes premières missions confidentielles sous mon gouvernement, je voudrais que tu me fasse un rapport détaillé et global sur la situation actuelle"


EL : Désolé du retard Embarassed

__________________________________
Camarade-Président Bogdan Mikhaïlovitch Raspoutine Kartvitalski
Fondateur du CCP, Courant Conservateur Populaire
avatar
Bogdan Raspoutine
Président du Conseil des Commissaires

Messages : 71
Date d'inscription : 28/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eиtяevue avec le diяecteuя de la PPV

Message  Boris Koloskopy le Jeu 4 Avr 2013 - 17:43

Le polkovnik refusa poliment le verre proposé.

- Jamais pendant le service, camarade président.

Je le répète, je suis honoré de la confiance que vous m'accordez, camarade. La stabilité du régime dépend indubitablement de l'efficacité de la PPV pour traquer la subversion et la contre-révolution capitaliste, et le travail de surveillance des éléments sensibles valdiskes en fait entièrement partie. Je partage votre conception de la sécurité intérieure sur ce point.

Le militaire se leva ensuite pour sortir deux exemplaires d'un même document classé "Secret Défense TOTAL" et en remit un au dirigeant valdiske.

- Je m'attendais à ce que vous me demandiez un état des lieux de la PPV et de ses opérations. J'en ai donc fait réaliser un afin que vous ayez les cartes en mains dès ce soir.

Boris Koloskopy a écrit:
ЯEPUBLIQUE POPULAIЯE DU VALDISKY
Police Politique Viöletiste

SECЯET DEFEИSE TOTAL

PPV0X - Diяectioи

Maskva, le 3 avяil deux mil tяeize.


Яésumé géиéяal des activités de la PPV



Pяogяammes eи couяs :

Sectioи PPV01 - DVM

  • Pяogяamme OTAЯIE
    Le pяogяamme conceяиe l'espionnage des pяincipales flottes du continent noяd à l'aide de naviяes de pêche équipés de matéяiel électяonique ad hoc et baяяés par des hommes de la DVM.
    Etat d'avaиcemeиt :

    Chalutieяs Gяossonaя, Zoяey et Kustik paяés à appaяeilleя depuis Valgogяad. Coяvettes d'escoяte Eяistov et Kяemliovskaya paяées.
    Un bâtiment de maintenance/ravitaillement camouflé est en négociation avec la Soяabe.

  • Pяogяamme CEИTUЯYOИ
    Le pяogяamme conceяиe la foяmatioи de 5 batailloиs de combat de la DVM. Tяois batailloиs de commandos parachutistes, un de commandos maяine et de ploиgeuяs de combat, et un deяnieя batailloи légeя mécaиisé.
    Etat d'avaиcemeиt :
    Le camp de manoeuvяe de Violëtgяad est en chantieя. Baяaquements tempoяaiяes et piste installés. Autoяisation du palais Volkeя attendue pour construiяe une base en dur et pяocédeя au яecяutement des tяoupes.

  • Pяogяamme BALEIИE
    Le pяogяamme conceяиe la copie de naviяes des pяincipales puissances micяomondiales.
    Etat d'avaиcemeиt :
    Acquisition des plans en couяs à Novogяad.

  • Pяogяamme ICAЯE
    Le pяogяamme conceяиe l'espioииage de sites stяatégiques et des foяces aяmées étяaиgèяes par des aéяoиefs яapides et de haute altitude.
    Etat d'avaиcemeиt :
    Plaиs et pяototype commaиdés à l'Usiиe Automobile de Valdяak pour pяéseиtatioи ultérieure au palais Volker, pas encore de répoиse. Changement d'usiиe à eиvisager ?



Sectioи PPV02 - ЯEX

  • Pяogяamme HEЯMES
    Le programme concerne l'espionnage général en terme de renseignements extérieurs.
    Etat d'avancement :

    Seuls la CSH, la Soяabe et les instances inteяmicяonationales sont couveяtes paя nos agents.
    CSH : Négociations en couяs pour l'installation d'une ambassade. Négociation pouя l'adhésion à l'AHLEM en couяs.
    Sorabe : Négociations difficiles en couяs pouя une ambassade. Une expéяimentation est prévue pour installer une ambassade modèle compяenant 1 bâtiment administяatif, 1 bunkeя souteяяain, 1 centяe яadaя et écoutes, et 1 dispensaiяe humanitaiяe géяé par l'AHLEM.


Sectioи PPV03 - Affaiяes Intéяieuяes

  • Pяogяamme VAUDKA
    Le pяogяamme conceяиe le suivi des personnels sensibles du régime : personnel politique, gouvernemental, intellectuels, officiers, techniciens stratégiques.
    Etat d'avaиcemeиt :

    Fichage et recrutements en cours.

  • Pяogяamme UЯSUS
    Le pяogяamme conceяиe l'établissemeиt d'infяastructures de pяotectioи de la stяucture ceиtяale du régime à Maskva.
    Etat d'avaиcemeиt :

    A l'état de pяojet.



Une fois terminé le résumé du rapport, Koloskopy embraya sur des considérations plus abstraites, son regard quittant la paperasse pour se perdre dans le vague.

- Je n'ai pas beaucoup de requêtes à vous présenter. Les derniers programmes sont URSUS, dont je voudrais confier la planification à mon nouvel adjoint avant de vous le présenter définitivement, et le programme CENTURYON qui me tient à coeur en vue du prochain conflit.

Je suis ici, non pas uniquement pour des affaires de matériel, mais plutôt pour vous présenter ma vision des choses qui doit en grande partie rejoindre la votre.
Une conflagration majeure va très probablement avoir lieu au sein du continent nord. Le torpillage du paquebot l'Inzubmerzible en 2012 a réveillé les appetits de la Triple-Alliance et du Krassland, notamment de vieilles querelles territoriales. Mais cela va plus loin, car les vieilles puissances sont plutôt affamée d'influence au sein du continent. Elles renforcent actuellement leur puissance militaire et leur réseau diplomatique. Nous sommes pris, que nous le voulions ou pas, dans ce jeu d'échec. Voilà pourquoi je vous conseille une réforme vigoureuse de nos forces armées et de notre appareil industriel les soutenant.
De mon côté j'ai pris des dispositions avec HERMES et OTARIE afin de renforcver nos capacités de renseignement au sud du continent et en mer Océane.
Le Camarade Litovski avait entendu partiellement mes arguments : il avait lancé le programme BALEINE. Il a également entamé des négociations autour d'un pacte panslave de défense avec la Russlavie et le Vladivaia (qui nous permettrait de rester globalement neutres), ainsi qu'un possible pacte "d'Eriagrad" élargi au Krassland et à la Sorabe, qui nous ferait clairement prendre position dans la conflagration à venir. Il ne tient qu'à vous de choisir de poursuivre l'un ou l'autre.

Mon action externe se porte pour l'instant vers le développement de notre réseau diplomatique et d'espionnage, et de nos forces armées. L'étape suivante serait le développement de notre influence, nous donner des levier d'action politiques, économiques et militaires dans le micromonde. L'expérience sorabe pourrait être un exemple à suivre en cas de succès. Nous pourrions aussi trouver des alliés supplémentaires : l'Esialie a manifesté le désir d'engager des relations diplomatiques avec nous et la Fédération d'Armara dispose d'une force militaire conséquente qu'elle n'a pas hésité à engager dans le dernier conflit entre le Zollerberg et Edoran.

En interne, nos actions doivent se porter clairement sur nos points faibles : notre armée et notre industrie. Un conflit approche, avec des puissances considérables en face. Nous avons amélioré notre situation sur terre et sommes en passe de le faire sur mer. Cependant nous avons d'énormes lacunes en se qui concerne les moyens aériens, ainsi que dans l'organisation des forces armées. Il nous faut un effort industriel et un effort de rationalisation des forces militaires. Le développement de l'armée violette et de l'industrie pourrait aussi passer par l'espionnage industriel systématique des grandes puissances ou la coopération technique avec les plus coopératives, tel le Krassland. Vous avez enfin raison, il nous faut également un réseau d'espionnage interne plus fort et plus profond pour consolider le régime.

Bien sûr tout cela n'est qu'une suite de propositions et de conseils que je présente en tant que haut-fonctionnaire conseiller du pouvoir central. Pour ma part, je crois qu'il nous faut porter les objectifs très haut et envisager le Valdisky comme une future grande puissance...


Une sonnerie de téléphone retentit de l'autre côté du mur, suffisamment fort pour être entendue. Il était tard et nous étions au palais Volker. Cela ne pouvait être qu'important. Quelques instants plus tard, on frappa à la porte. Koloskopy se permit de l'ouvrir et attrapa le téléphone à cadran que son aide de camp lui tendait.


- Un appel du siège. Rouge 4, mon polkovnik.

Koloskopy remercia son bras droit et pris le téléphone quelques instants.

- Oui ? Où ça ? Bien. Et le reste ? Hmmm. Gardez-les là-bas. J'aviserai. Pour le reste traitement à V.A.S. puis CB1 pour la suite. Bonne nuit à vous.

Puis il raccrocha, rendit le téléphone et referma la porte.

- Le camarade Casimir Pratenheim, ancien-ministre des Affaires Etrangères, a eu un malheureux accident de voiture sur la route nationale du sud à la hauteur de Grössburg. Officiellement, il est mort sur le coup avec sa famille. Officieusement pour les agents de la PPV, il a été abattu de trois balles par une patrouille alors qu'il fuyait vers le Zollernberg et ses enfants ont été confiés à un foyer de violëtistes exemplaires. Officiellement et officieusement, le camarade Pratenheim n'a donc pas été soigné dans le plus grand secret à l'hôpital militaire de Valdrak, et n'a pas été transféré à Brevsk 1.

Le Polkovnik fit un sourire de connivence au camarade-président.

- Pour ce qui s'agit de dossiers sur le gouvernement, tous les dossiers "officiels" ont été mis sous clés dans un coffre-fort du siège de la PPV, "congelés" le temps du mandat des ministres en question. Mais il se pourrait qu'un dossier officieux aie été rouvert sur eux, ce que je nierait fermement si l'on m'interroge. Tout comme vous nieriez avoir un dossier sur ma personne, même si je vous apportait le dossier et son auteur.

Le sourire de connivence réapparut. Tout était limpide au moins. Koloskopy prenait son travail au sérieux sans se faire d'illusions.

- A propos du camarade "L" je n'ai pas ouvert de dossier. Pas sans ordre direct du palais Volker. Mais puisque vous me le demandez, il sera fait selon vos ordres. De même, concernant les renseignements sensibles et les protocoles de diffusion, il sera fait selon vos ordres.

Le militaire croisa les mains en forme de piramide sur ses genoux, attendant la suite.

__________________________________
Polkovnik Boris Koloskopy
Commissaire au gouvernement de la République Populaire
Directeur de la PPV
avatar
Boris Koloskopy
Ordre du Violët Rouge
Ordre du Violët Rouge

Messages : 396
Date d'inscription : 19/03/2013
Localisation : Maskva

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eиtяevue avec le diяecteuя de la PPV

Message  Bogdan Raspoutine le Lun 8 Avr 2013 - 22:48

Le camarade-président fuma une grosse bouffée de son cigare en saisissant le rapport transmis par le directeur de la PPV.
Il lisait attentivement le contenu en écoutant d'une oreille attentive les dires de Koloskopy.
Tout en maintenant un œil sur le document secret, il réagit aux propos de son interlocuteur :


"Concernant le programme URSUS, je vais demander à mon neveu de s'en occuper immédiatement. Je pense qu'au vu de nos relations familiales, il saura porter une attention toute particulière à la protection du Palais Volker et des institutions valdiskes. Je vais lui donner quelques conseils sur ce point, il me semble utile de protéger Maskva et ses bâtiments officiels de toute tentative d'attaque provenant des terroristes comme d'une intrusion étrangère.

S'agissant des autres programmes, je vous laisse toute la liberté pour les mener à la réussite. Vous avez carte blanche. Il est évident que la PPV doit avoir pouvoir agir sur tous les domaines et disposer d'une autorisation de facto à agir sur tous les plans sans qu'une limite ne puisse être fixée par mes subordonnés. En ce sens, je pense que votre organisation doit être omnipotente pour assurer la sécurité des biens et des personnes, vous ne devez en aucun cas vous laisser intimider par mon gouvernement ou par les personnalités influentes du parti. Vous n'êtes responsables qu'à mon égard et si vous avez une doléance à formuler, je vous prierai de vous reférer à moi même. Je m'occuperai alors de subvenir à vos besoins ou d'édicter des ordres"

Ayant terminé son verre, il s'en resservit un autre tout en glissant quelques glaçons coupés avec précision.

"J'ai bien conscience du contexte intermicronational dans lequel s'intègre notre pays. Il est évident que nous sommes pris à partie dans une région où des intérêts, parfois antagonistes, sont en jeu. Je veux en tant que chef suprême de notre patrie garantir la sûreté, l'unité et la souveraineté du fier peuple valdiske sur notre territoire. Il est hors de question que notre indépendance soit menacée et j'ai l'intention de soumettre un projet de traité micromondial qui impose le respect de la liberté des peuples à disposer d'eux-mêmes.
Pour l'instant nous n'avons aucune intention belliqueuse, mais s'il advenait dans les semaines et les mois qui suivent que des grandes puissances s’octroient l'initiative d’agresser le Valdisky, j'aurai le devoir d'empêcher cela. Et si dès maintenant je ne donne pas à la nation les moyens de se prémunir contre une éventuelle attaque, mes camarades compatriotes me tiendront rigueur de mon inaction sur ce point. J'ai conscience de mes responsabilités et de la lourde charge que j'ai en tant que chef de l'Etat. J'ai décidé de l'assumer et c'est ce que je vais faire.
En toute sincérité caramade, je tiens à te féliciter pour ton sens de l'initiative. Jusqu'aujourd'hui tu contribues plus que personne et mieux que moi même à la sécurité de notre pays. Je te soutiens dans ces démarches et je le réaffirmerai à l'occasion des actes pris par le gouvernement pour renforcer le potentiel militaire du Valdisky"

Raspoutine reçu un coup téléphone. Il décrocha d'un air abasourdit. Il venait de comprendre que le chef de l'Etat recevait des appels à n'importe quelle heure, de nuit comme de jour.

"Comment ?... Oui...Ecoutez, envoyez moi ce protestataire au camp de Brevsk.... Il vaut mieux oui... C'est ça, lui et tout son entourage. Il est hors de question qu'un journalisme indépendant s'impose pour promouvoir des idées capitalistes contraires à nos valeurs... Faîtes le nécessaire pour que cela reste discret... Oui je suis encore en train de parler avec le camarade Koloskopy, je suppose que ses services l'informeront aussitôt que nous aurons terminé notre entretien des activités de cet énergumène nocif... Il s'appelle comment déjà ?... D'accord merci bien je note... Ivan Prispol... Encore merci camarade Pouchkine et bonne nuit"

Le président parlait en même temps qu'il jetait un regard sur le camarade Koloskopy, ce regard signifiait qu'il voulait partager cette découverte avec le chef de la PPV.
En raccrochant, le président fit un rictus qui traduisait bien son mécontentement mais aussi la satisfaction qu'il ressentait en ordonnant l'envoi au camp de Bresk d'un individu menaçant pour le régime.


"C'était le camarade Pouchkine, mon directeur de cabinet. Il m'a informé qu'un journal se diffusait le soir dans la capitale en se distribuant gratuitement comme un tract. Ce journal écrit par un certain Ivan Prispol dénonçait l'idéologie Violëtiste de notre régime. C'est très grave.... comme vous venez de l'entendre j'ai demandé l'incarcération du directeur de publication"

Après un dernier geste, le camarade Raspoutine fuma les peu de tabac qu'il restait dans son cigare Eustaquà et finit par l'écraser sur un large cendrier en verre.

"Notre pays a des lacunes en ce qui concerne l'armement. Et il est évident que rien, encore moins notre orgueil, ne doit nous empêcher de rester lucides quant à notre potentiel militaire.
Je suis favorable à ce qu'il soit développé un espionnage industriel des technologies étrangères afin d'acquérir le savoir nécessaire en terme d'ingénierie pour construire des équipements haut de gamme et dissuasifs à l'encontre de nos ennemis. Là encore vous avez carte blanche"

Il se leva, se dirigea vers une armoire, l'ouvrit et en sortit un grand parchemin enroulé. Il retourna vers son bureau et s'assit. Il rangea l'almanach présidentiel qui prenait trop de place pour laisser assez d'espace à la carte qu'il venait de dérouler.

"C'est un parchemin où figure une carte dessinée par l'un de nos illustres géographes. Le camarade Litovski me l'a présentée lors de la passation des pouvoirs.
J'ai longtemps scruté cette carte en réfléchissant par un calcul rationnel au choix qui contribuerait le mieux à avantager les intérêts de notre nation. En ce moment je n'ai toujours pas tranché bien que je sois favorable au pacte d'Eriagrad. Je suis encore en train de peser le pour et le contre tout en envisageant la solution de la neutralité comme une option par défaut. Je vais rencontrer les émissaires diplomatiques de toutes les micronations et aviserait en fonction du caractère fructueux ou non de nos entretiens. Je vous tiendrai au courant. En attendant continuez à développer nos réseaux d'espionnage. Je suis convaincu qu'à terme nous serons le pays le mieux informé de tout le Micromonde sans avoir besoin de recourir au courrier archipélagique, à des médias ou encore à nos diplomates envoyés en mission. Je pense aussi qu'à terme nous devons être une grande puissance dont les communiqués sont lus avec attention et dont les positions sont respectées"

Leur conversation fut interrompue par l'appel que le Polkovnik reçut. Raspoutine en profita pour allumer un autre cigare tout en restant attentif à ce qui se passait.
Il se leva ensuite pour récupérer le grand plateau où était disposées deux assiettes encore chaudes par les cuisiniers pour restaurer les deux individus qui étaient au Palais Volker malgré l'heure tardive. Ensuite il déposa les deux assiettes en face de celui pour lesquelles elles étaient destinées. Au menu, du saumon russlave pêché en Sibérie, mariné au citron vert. Pour accompagner ce vertébré aquatique, un plat de salade assaisonné d'un vinaigre de qualité.


"Casimir Pratenheim? Il est mort vous en êtes sûr?... J'ai toujours pensé que son nom sonnait zoll. J'ai eu la naïveté de croire que ce n'était qu'un coopérant zollernois mis à la disposition du camarade Litovksi, or il s'avère qu'en l'espèce ça n'est pas le cas. Pas très malin comme couverture que de garder un nom à consonance zoll..."

Lorsque le camarade Boris fit allusion aux dossiers secrets concernant les personnalités, il ne put s'empêcher de retourner le même sourire de connivence à son interlocuteur. C'est avec complaisance qu'il se permit de réagir :

"Votre dossier ne m'intéresse pas vraiment, vous êtes un homme de parole et de convictions. Je pense vous cerner suffisamment en tête à tête qu'à travers un papier rédigé par un bureaucrate de l'administration Dimitrev.
"Décongelez" moi les fiches sur les ministres actuels, je veux qu'ils soient surveillés même au cours de leur mandat. Il est hors de question de les affranchir de toute surveillance simplement parce qu'ils bénéficieraient d'une légitimité que je leur ait octroyée en signant le décret de leur nomination.
Enfin et pour finir, je tiens beaucoup à ce que le nouveau protocole de diffusion sont strictement appliqué à la lettre, vous faîtes bien de le signifier"

Il inclina son bras pour pouvoir observer sa montre.

"Bien, il se fait tard. Si vous n'avez aucune remarque ou suggestion à faire quant à tout ce que je viens de vous dire, je pense que nous pouvons nous permettre de clore cet entretien.
Bien que je regrette votre refus de boire un verre tout en comprenant ce choix, j'espère que vous avez bien apprécié le dîner."




__________________________________
Camarade-Président Bogdan Mikhaïlovitch Raspoutine Kartvitalski
Fondateur du CCP, Courant Conservateur Populaire
avatar
Bogdan Raspoutine
Président du Conseil des Commissaires

Messages : 71
Date d'inscription : 28/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eиtяevue avec le diяecteuя de la PPV

Message  Boris Koloskopy le Mar 9 Avr 2013 - 18:30

Le camarade polkovnik précisa encore deux ou trois choses.

Pratenheim n'est évidemment pas mort pour tout le monde, c'est ce que je voulais dire évidemment. Nous saurons l'utiliser à bon escient...

Quant au développement de notre espionnage, je vise principalement le développement de nos ambassades en CSH, Esialie, Krassland, Armara, Nadur, Prya... Bref, nous allons installer nos hommes dans divers pays espions comme diplomates pour compléter notre réseau. Soyez assuré que vous serez informé régulièrement des progrès de la PPV et des opérations sensibles et nous nous adapterons évidemment à vos choix diplomatiques.
Je préconise d'ailleurs que nous institutionnalisions une réunion mensuelle ou bimensuelle entre nous pour évoquer l'actualité sécuritaire.

Pour l'instant notre réseau à l'étranger doit se doter de nouveaux outils, ce que je m'efforce de faire actuellement.

Le polkovnik ramassa sa casquette d'officier et la repositionna sur sa tête. Le directeur des services secrets valdiskes se redressa, puis adressa un salut militaire à son supérieur.


Merci bien, camarade Président. J'ai fort apprécié le dîner. Bonne nuit à vous.

__________________________________
Polkovnik Boris Koloskopy
Commissaire au gouvernement de la République Populaire
Directeur de la PPV
avatar
Boris Koloskopy
Ordre du Violët Rouge
Ordre du Violët Rouge

Messages : 396
Date d'inscription : 19/03/2013
Localisation : Maskva

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum