Discours d'investiture du chef de l'Etat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Discours d'investiture du chef de l'Etat

Message  Bogdan Raspoutine le Mar 2 Avr 2013 - 17:43

Le camarade Bogdan se présenta aux journalistes, il les salua d'une main ferme en précisant qu'il avait été désigné quelques minutes plus tôt Président du conseil par l'ensemble des commissaires du peuple. A ses côtés il y avait les camarades Kolosky, Litovski et Dimitrev. Il tenait à ce qu'ils soient là lorsqu'il allait annoncer à la nation toute entière qui était le nouveau chef de l'Etat. Sans doute parce que leur présence attestait de leur soutien et donc, une légitimité qui serait incontestable.

"Fière peuple Valdiske!
Camarades de la République Populaire du Valdisky, soldats du Violëtisme,

Aujourd'hui est un grand jour pour la Nation. Nous avons montré au Micromonde tout entier que le régime pouvait garantir une succession à la tête de l'Etat et qu'il était attaché au respect des principes du camarade Vladimir Violët et que rien, pas même l'égo démesuré ou l'intérêt individuel, ne pouvait ébranler la volonté collective de toute une de Nation de déterminer librement son destin et de conduire ses enfants vers la route de la prospérité et de la liberté.
Les camarades commissaires ont démontré qu'ils privilégiaient dans leur choix l'élection du plus méritant, et non du plus haut placé ou du plus puissant. En effet, ils ont décidé de m'élire pour gouverner le pays. Alors même que je n'étais pas l'un deux, alors même que je n'exerçais aucune responsabilité politique si ce n'est celle de fédérer le mouvement conservateur du Parti.

Il se tourne vers les commissaires.

Camarades Dimitri, Vasilly, Alexeï et Piotr, la patrie vous est reconnaissante!

Il réajuste le micro et reprend :

J'ai aujourd'hui reçu les pouvoirs présidentiels conservés de manière intérimaire des mains du camarade Dimitri. Je signerai dans la soirée le décret qui constituera mon gouvernement, le premier gouvernement légitime et mandaté de la République Populaire du Valdisky. Ce gouvernement marquera l'indépendance de notre pays et sa liberté totale d'administrer comme d'édicter les lois.
Peuple Valdiske, je veux vous dire tout l'engagement sincère qui reste le miens de mener notre pays vers la prospérité et la force. Prospérité pour les camarades prolétaires et Force au sein du Micromonde, force que nous saurons imposer et faire respecter, que ce soit dans un cadre amical ou dans le cadre d'une confrontation avec des intérêts qui divergent sensiblement des nôtres.
Je voulais vous dire tout mon attachement au système institutionnel tel qu'il est actuellement conçu. Et je pense qu'il est nécessaire pour le pays comme pour l'équilibre interne du parti de respecter les tendances qui coexistent ensemble et les idées de chacun. La liberté d'expression, tant qu'elle ne nuit pas à l'autorité de l'Etat et tant qu'elle ne constitue pas un manifeste outrage à des personnes respectables, restera autorisée voire vivement encouragée. Il est nécessaire pour le gouvernement d'avoir un regard autocritique sur sa propre politique et d'écouter les doléances du peuple. Tous ceux parmi les personnes auxquelles j'aurais accordé ma confiance et qui réagiront à l'inverse de ce principe seront limogés.
Le gouvernement que je constituerai tiendra compte des différents courants du parti Violëtiste et j'ai déjà communiqué aux intéressés le poste dans lequel je souhaitais les voir exercer leur travail au service de la patrie. Les modérés, le MVU et les conservateurs seront au rendez-vous.

Je suis particulièrement attaché à cet équilibre, surtout au vu des récents événements qui ont vu le MVU être le centre d'intérêt d'une actualité tendue. J'ai donc proposé au camarade Gorilov d'intégrer le gouvernement en espérant qu'il saura travailler aussi bien que son mouvement le prétend. En effet, puisqu'il semble déterminé à influencer la conduite de la politique nationale, pourquoi ne pas le voir à l'ouvrage et observer ses qualités dans la prise de décision.

Le camarade-président se tut un instant, prit un mouchoir et toussa fort dedans. Avant de respirer avec difficulté et de se résoudre une énième fois à arrêter le tabac. Une simple bronchite sans doute.

Camarades concitoyens, j'ai également l'intention de m'investir des fonctions de Secrétaire Général du Parti Violëtiste. Le chef de l'Etat, puisqu'il a la responsabilité de mettre en pratique les idéaux du camarade Violët, doit aussi être le chef du parti. Je ferai à ce propos une déclaration dès demain devant tous les membres lors d'un Congrès extraordinaire. Je présenterai à cette occasion la charte du parti et la Constitution de la République.

En ce qui concerne mon élection, je reste conscient de la situation particulière dans laquelle elle s'inscrit. Nous sommes dans un contexte difficile sur le plan micromondial et les menaces des contre-révolutionnaires restent toujours vives, même après la mort du camarade Violët. C'est pourquoi, soucieux de la sûreté, de la sécurité des biens comme des personnes, j'ai décidé de maintenir le camarade Boris à ses fonctions de chef de la Police Politique Violëtiste. Il fait son travail de manière exemplaire et rigoureuse, je tiens à le féliciter publiquement. Aussi à ce rythme ne tardera t-il pas à recevoir une médaille pour sa loyauté au service de l'Etat !

Camarades, soyons tous unis pour embrasser la cause violëtiste et défendre la patrie contre ceux qui veulent l'asservir !
Vive la République! Vive le Valdisky!"

C'était la dernière fois qu'il citerait le chef de la police politique. Un tel personnage devait rester dans l'ombre, conserver de larges pouvoirs mais sans risquer de provoquer des contestations, que ce soit parmi les gens au pouvoir ou parmi le peuple.
Une fois ce discours prononcé, le camarade-président demanda à Vassily Dimitrev, futur ministre des gens d'armes, d'inviter Boris Koloskopy au Palais Volker pour un entretien en tête à tête dans la soirée une fois la nomination du gouvernement annoncée. Bogdan affichait un air sévère, il était parvenu par des manoeuvres sophistiquées à accéder au pouvoir, il était décidé à le maintenir. Heureusement ce n'était pas un homme impulsif, il préférait utiliser la carotte avant le bâton pour voir ses stratégies réalisées et ses volontés exaucées.

La radio nationale s'étant spécialement installée dans les locaux du Palais Volker pour l'occasion, Bogdan n'avait plus qu'à faire quelques pas pour rejoindre le bureau présidentiel, apprécier l'ambiance feutrée du pouvoir et exercer ses nouvelles prérogatives. Plusieurs dossiers étaient disposés en pile notamment sur les affaires diplomatiques.

__________________________________
Camarade-Président Bogdan Mikhaïlovitch Raspoutine Kartvitalski
Fondateur du CCP, Courant Conservateur Populaire
avatar
Bogdan Raspoutine
Président du Conseil des Commissaires

Messages : 71
Date d'inscription : 28/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Discours d'investiture du chef de l'Etat

Message  Piotr Kolosky le Mer 3 Avr 2013 - 20:27

Le discours d'investiture confirma la première impression de Kolosky : Raspoutine ne serait pas homme facile à faire infléchir... le cas échéant...
avatar
Piotr Kolosky
Commissaire du peuple

Messages : 29
Date d'inscription : 09/02/2013
Localisation : Eriakov

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum